Jean-Baptiste Janisset à l’Île du Frioul

SEPT 2020 | MARSEILLE

Commissionné par Provence Art Contemporain en collaboration avec Everyday Gallery, Jean-Christophe Arcos, le fond de donation KATAPULT, l’Atelier Chiffonnier et le Parc national des calanques.


“Between an anthropologist and a sorcerer, Jean-Baptiste Janisset’s installations are conceived from discoveries and encounters which, during his travels, have developed his creative psyche.
For this new installation, the artist takes over the iconic plastic houses in which many Western children have displayed their imaginations. Janisset uses these hiding spots and their innate quality to shelter blossoming creativity, to construct a totem-like beacon against obsolete systems of education witch fuse a formated consumerist society. In such, they become a place of belief, a chappel made of lead, a rampart against the brutality of the outside world.

On this building, Jean-Baptiste Janisset came to place symbols and memories relating to different myths and religions. The most discreet of them is placed inside the monument. It is a seal of Saturn, a talisman that he himself made for its protective qualities and which he sleeps whit every day. All these objects are for him vectors of elevation. They motivate a finer consciousness and thus a dialogue with what he calls “the underworld”.
Most of the time these are relics of the ceremonies he attended in Benin, Gabon, and Corsica. For example, the sheep carcass being displayed as one of the elements of Janisset’s sculpture has for origin the molding of the bones of the animal sacrificed during the Magal de Touba, a religious festival that has been celebrated since 1928 in Senegal. It is the most important ceremony of the Mouride religion, a mystical branch of Sufism.
To make these elements his own, Jean-Baptiste Janisset proceeds to make molds by directly using clay to take a borrowing in situ of objects, sculptures, and bas reliefs before making lead prints out of them.”

Jean-Baptiste Janisset explains that he is not a fine craftsman: all the symbols he uses are snatched from others. The artist sees himself more as a witness to the past, a creator of syncretism between diverse beliefs and plural existences. Janisset’s ‘Smile to the Angles of Frioul’ building is therefore the center of gravity of a multitude of consciousness. We are thus projected into a place of all and no religion, a new path which Jean-Baptiste Janisset seams to outlined for us.

Text: Camille Bardin, Translation: Leo Lopez

https://artviewer.org/jean-baptiste-janisset-at-ile-de-frioul/

En Juillet 2020, Jean Baptiste a décroché une résidence à Vents des forêts. Sa production a été vue lors d’un shooting Art / Mode dans le magazine TEMPLE.

https://ventdesforets.com/oeuvre-en-cours-jeanbaptistejanisset/

https://www.instagram.com/p/CHSmsBZBUme/

La nature sublimée par les artistes

JUIN 2021 – BEAUX ARTS MAGAZINE – SPECIAL DESSIN

Avec l’artiste Pascale Remita

Deux après que Katapult se soit engagé dans la production de « Les fantômes se dérobent comme des nuages » portés par les artistes Pascale Rémita et Alexandre Meyrat Le Coz, Beaux-Arts Magazine vient de sortir un dossier « Spécial Dessin » intitulée La Nature Sublimée par les artistes. Pascale Rémita « dépeint le plus souvent des étendues neigeuses et glacées… En dessin, elle préfère les déserts et la silhouette à la fois raide et sèche de cactus littéralement carbonisés puisqu’ils ont tracés au fusain. »

« Qui ignore encore ? La nature n’est plus ce qu’elle était. A l’heure de l’anthropocène, où l’homme laisse, par son activité débordante d’énergie, une empreinte indélébile sur la planète, les artistes ne cessent d’enregistrés les dégâts causés. Puisqu’il est friable, froissable, fragile, le dessin rejoint les qualités de cette nature contemporaine qui s’abîme sous nos yeux. Le papier, son support végétal habituel, le relie à la même fibre. Le dessin de certains artistes épouse dans ses moyens le motif qu’il trace. A l’image de ces cactus, frottés au fusain sur des planches de peuplier par Pascale Rémita… »

Article à découvrir dans Beaux-Arts magazine – Juin 2021

HOST CALL2)

JUIN – JUILLET 2021 | NANTES | Co-production Host (invitations d’artistes) et KATAPULT

Exposition Host Call 2 du 28 juin au 11 juillet 2021

Galerie de l’école des beaux arts de Nantes

Pour sa deuxième édition « Host Call) », l’association Host (invitations d’artistes) permettra à 7 jeunes artistes d’être mis en avant en leur donnant la possibilité de montrer leur travail.

Délibération du jury le 28 juin après midi et vernissage le soir.

KATAPULT apportera son soutien financier à travers l’acquisition d’une œuvre (décision collégiale du jury) et la production d’un solo show en partenariat avec la galerie Mélanie Rio Fluency pour le lauréat.

Etienne Bernard, président du jury

Le jury est composé de :

Étienne Bernard, président du jury, directeur du Frac Bretagne Rennes

Melanie Rio, directrice de la galerie Melanie Rio Fluency

Jenna Darde, chargée de projets à la programmation et production artistique pour le Voyage à Nantes

Frederic Emprou, critique d’art et commissaire d’expositions indépendant

Rozenn Le Merrer, directrice du site de Nantes de l’école des Beaux-arts Nantes Saint-Nazaire

Wilfried Pasquier, fondateur du fonds d’art contemporain Katapult

Annie Fillon, présidente de l’association Host (invitations d’artistes)